La maison

Historique de la Maison de Jean Monnet

Jean Monnet a acheté la Maison d'Houjarray à son retour en France, en 1945. Cette ancienne ferme située dans les Yvelines, à proximité de Montfort-l'Amaury, appartenait à une famille suédoise.
Le charme et la situation de cette maison convenaient à sa longue habitude de réfléchir dans la nature et de marcher dans les bois tôt le matin. L'intérieur est à l'image de l'occupant simple et chaleureux.

Dans cette maison au toit de chaume, nichée au creux des plaines de l'Ile-de-France, il s'est entretenu de l'avenir de l'Europe avec les plus hauts responsables de son temps. C'est là qu'il a rédigé avec ses collaborateurs, dans les derniers jours d'avril 1950, la déclaration historique que Robert Schuman devait adresser à l'Europe le 9 mai, proposant la création de la CECA (Communauté européenne du Charbon et de l'Acier) et jetant ainsi les bases de la Communauté Européenne.

Dans son bureau, Robert Schuman, Walter Hallstein, Paul-Henri Spaak, Konrad Adenauer, René Pleven, Helmut Schmidt et tant d'autres ont échangé avec Jean Monnet leurs vues sur notre avenir commun. Le dimanche, il recevait en famille ses amis de passage, parmi lesquels Dwight Eisenhower, Georges Ball, Edward Heath. Il aimait les conversations au coin du feu avec de grands journalistes tels que Walter Lippman, Hubert Beuve-Méry ou son voisin Pierre Viansson-Ponté.

Jean Monnet est décédé à Houjarray le 16 mars 1979.

En 1982, le Parlement européen a estimé que la Maison, lieu symbolique et chargé de souvenirs, devait être le patrimoine commun des Européens. Il l'a acquise, restaurée, et en a confié la reconstitution, la gestion et l'animation à l'Association Jean Monnet.

Depuis mai 2000, une salle de conférence multimédia permet d'accueillir un public toujours plus nombreux (capacité : 80 places assises). Par ce nouvel investissement, le Parlement européen a ancré la Maison de Jean Monnet dans l'avenir.

L'équipe de l'Association Jean Monnet organise chaque année, à la Maison, environ 250 conférences sur l'histoire et l'actualité européenne (En 2004 : 252 conférences, 13 000 visiteurs)
n17Maison d'Houjarraypage1f1n15

Les visiteurs

La Maison reçoit aujourd'hui environ 13 000 visiteurs par an dont plus de
8 000 jeunes scolaires et universitaires. Cela représente, pour les groupes, près de 250 conférences par an soit une moyenne de plus de 20 par mois.

Les principaux bénéficiaires en sont les écoles primaires, les collèges et les lycées qui représentent 2/3 des groupes. Le dernier tiers est constitué d'universitaires, de Grandes Ecoles, de comités d'entreprise, d'associations culturelles, de Comités de jumelages et de groupes institutionnels.

Les groupes en provenance de l'étranger sont toujours plus nombreux. Les nationalités se diversifient et dépassent largement les frontières de l'Union européenne (Etats-Unis, Chine, Japon, Mexique, Russie, Argentine, Canada, etc.).
MaisonMaisonMaisonMaison

Un séminaire franco-allemand à la Maison de Jean Monnet 5 et 6 juillet 2002

Sous l'impulsion de Georges Berthoin, Président d'honneur de l'Association Jean Monnet et Jacques Andréani, ambassadeur de France, l'Association Jean Monnet a organisé les 5 et 6 juillet derniers une rencontre franco-allemande à la Maison de Jean Monnet.
Les travaux ont débuté sur un thème historique : "Jean Monnet, une révolution dans les relations franco-allemandes et le lancement de la construction européenne", thème développé par Rainer Barzel, ancien ministre et président du Bundestag et François Duchêne, journaliste et ancien collaborateur de Jean Monnet. Le thème suivant -"La relation franco-allemande et la nouvelle géopolitique"- a été illustré par deux exposés de Karsten Voigt, coordinateur des relations germano-américaines au ministère des Affaires étrangères allemand et Jean-Claude Casanova, journaliste et Directeur de la revue Commentaires, sous la présidence d'Alain Juppé.

La journée s'est clôturée par un cocktail et un dîner au Château de Villiers-Le-Mahieu, au cours duquel Gunter Pleuger, secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères et Alain Lamassoure, député européen ont prononcé un discours sur la convention.

Les travaux ont repris le samedi 6 juillet 2002 sur le thème de "L'avenir des traités et des institutions dans la perspective de la Convention et de l'élargissement". La première partie -"La répartition des pouvoirs et les modes de décision"- était placée sous la présidence de Michel Barnier avec un exposé introductif de Jean-Louis Bourlanges, député européen. Gunter Pleuger, secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères, a introduit la deuxième partie sur "La répartition des compétences entre Union, Etats et Régions."

Joachim Bitterlich, ambassadeur d'Allemagne en Espagne et J.L. Bourlanges, député européen sont ensuite intervenus sur le thème "Fusion, séparation ou rapprochement des piliers".

Après une allocution du Chancelier Helmut Schmidt, et une intervention de Mme la Ministre déléguée aux affaires européennes, Noëlle Lenoir, les travaux ont repris en début d'après-midi sous la présidence de Mme Michaele Schreyer, Commissaire européenne en charge du budget. L'après-midi avait pour thème : "L'évolution des politiques communes de l'Union européenne dans la perspective de l'élargissement". Une première partie intitulée "L'avenir des politiques communes, notamment la politique agricole commune, et leurs conséquences budgétaires" a été traitée par Henri Nallet, ancien ministre. La deuxième partie "De nouveaux domaines pour l'action commune" (sécurité intérieure, politique d'asile et d'immigration, recherche …) a été abordée par Roger de Weck, journaliste et ancien directeur de Die Zeit.

L'ambassadeur Andréani et Georges Berthoin ont clôturé les travaux et remercié l'ensemble des participants.

Ce séminaire était ainsi une belle occasion de renouer avec les méthodes de travail de Jean Monnet qui consistaient à réunir chez lui, de manière non partisane, loin des lieux de pouvoirs traditionnels, les plus hauts responsables politiques de son temps afin de trouver des solutions communes dans des situations complexes.

De nombreuses autres personnalités ont participé aux débats très riches : Pervenche Bérès, députée européenne ; Jean-Guy Giraud, Directeur du P.E. à Paris ; Fritjof Nordenskjöld, Ambassadeur de la République Fédérale d'Allemagne à Paris ;Michel Rocard, Président de la Commission Culture au Parlement européen ; Eric Roussel, écrivain et journaliste au Figaro ; François Scheer, Ambassadeur de France ; Daniel Vernet, journaliste au Monde ; Xavier de Villepin, Sénateur ; Adrien Zeller, Président du Conseil Régional d'Alsace. Les représentants de l'Association Jean Monnet : Philippe Laurette, Président et Arnaud Pinon, Directeur étaient également présents.
Jean MonnetJean MonnetJean MonnetJean Monnet

Le Premier Ministre célèbre l'élargissement de l'Union européenne à la Maison de Jean Monnet 3 mai 2004

Le lundi 3 mai 2004 au matin, la petite commune de Bazoches-sur-Guyonne est devenue la capitale européenne. Le Premier ministre a été accueilli par M. Philippe Laurette, Président de l'Association Jean Monnet, Georges Berthoin, Président d'honneur et de nombreux administrateurs (Pascal Fontaine, vice-président, Edith Herdhuin, secrétaire générale, Philippe Leguen, Trésorier, Frédéric Naud, Conseiller, Eric Roussel, Philippe Vial, Othmar Walser, Caroline Lamassoure, Arnaud Pinon, Directeur de l'Association Jean Monnet, Jean-Marc et Jean-Gabriel Lieberherr, petits-fils de Jean Monnet. S'exprimant en présence des 20 ambassadeurs européens sur les 24 partenaires de la France ainsi que du ministre Gérard Larcher, du sénateur Hubert Haenel, des députés Christine Boutin et Pierre Lequiller, Pascale Andréani, secrétaire générale du SGCI, du préfet Bernard Niquet, Paul Perpere, conseiller technique du Premier ministre, et M. Nicco, premier maire adjoint de Bazoches-sur-Guyonne, Jean-Pierre Raffarin a rendu un vibrant hommage à Jean Monnet et à son action à l'occasion du 25ème anniversaire de sa disparition. Commentant l'élargissement de l'Union européenne à 25, il a jugé qu'il s'agissait d'une « chance pour notre pays et pour l'Europe ». « Il faut que nous chassions les peurs et les craintes, tout ce qui peut ressembler à des replis et des renoncements », a-t-il notamment plaidé.

Le Premier ministre, les ambassadeurs des pays de l'Union et les personnalités yvelinoises ont ensuite posé symboliquement pour une photo devant tous les drapeaux de l'Union des 25. Toujours de façon symbolique, chacun a jeté une pelletée de terre pour la plantation d'un arbre européen, dans le jardin du père de l'Europe.
Jean MonnetJean MonnetJean MonnetJean Monnet